mercredi 8 mai 2013

Réparer les coins des livres toilés...

Les livres toilés, généralement couverts en percaline, ont souvent souffert du frottement, particulièrement au niveau des coins. Le carton apparaît alors à nu.

Si le manque de toile est petit, disons au dessous de 6mm de longueur, on se contentera généralement de le noyer de colle de pâte, puis après séchage, de peindre le bloc devenu dur dans la couleur du tissu. Afin que le bloc n'éclate pas à nouveau, il est important de bien faire pénétrer la colle entre les feuillets du carton qui se sont ouverts.

Si le manque de toile est plus important, alors il faut rajouter une pièce de tissu, si possible de la même couleur que la percaline, sinon d'une couleur plus claire que l'on pourra ajuster à la peinture.
Les photos ci-après indiquent la manière de s'y prendre.


La photo 1 montre l'état initial du coin à traiter. Le manque de toile est défini par la ligne PCQ. Au delà de P et Q, on a incisé le tissu dans la partie basse du carton sur 5mm de chaque côté (coupes PA et QB).
Il faut ensuite inciser la toile sur l'épaisseur du carton au niveau des points A et B. Ici, le cartonnage comportant un chanfrein, on incisera les lignes AA1 et BB1.

La photo 2 montre le revers du carton. On a dégagé les remplis jusqu'aux repères A et B. Ces remplis apparaissent relevés sur la photo, repliés le long des lignes AA2 et BB2. Les longueurs de ces lignes sont appelées a et b.

Photo 3: on découpe une pièce de toile de renfort dont les côtés sont, en se référant à la photo2, (BC+a+5mm) et (AC+b+5mm).
En reportant cette pièce sur la face apparente du carton (photo 1), tracer sur le renfort une ligne de façon à couvrir suffisamment le manque de toile mais sans excès. Ainsi sur la photo 1, cette ligne est définie par A1C1B1, et reportée de même sur la toile en figure 3. Notons que dans le cas présent, il aurait été maladroit de l’arrêter à la ligne droite  A1B1, qui produirait un effet disgracieux sur le plat, au final.

Sur la photo 4, on a coupé la partie de la toile de renfort au delà de cette ligne.
Sur la photo 5, on a relevé l'ancienne percaline jusqu'à la ligne A1C1B1, légèrement au delà. On a nettoyé les résidus de carton au dos de la percaline et sur le carton nu.
Sur la photo 6, on a rabattu  l'ancienne percaline pour vérifier que notre renfort couvre correctement le manque de toile.

Sur la photo 7, on a collé (colle de pâte) la toile de renfort sur l'endroit du carton et sur le chanfrein, en l'ajustant bien au niveau des coupes AA1 et BB1. Sur la photo 8, on a recoupé la toile de renfort à 45 degrés, comme on le fait usuellement en reliure toile.
Sur la photo 9, on a rabattu et collé la toile de renfort puis façonné l'angle comme à l'habitude en reliure.



Sur la photo 10, côté endroit, on a enfin rabattu l'ancienne percaline sur le renfort. Les franges éventuelles de la déchirure sont soit recoupées, soit noyées dans de la colle. L'aspect sombre disparaîtra au séchage (tout au moins si l'on travaille à la colle de pâte, ce que je recommande fortement).
Sur la photo 11, côté envers, on a rabattu et collé les pans de l'ancienne percaline (les remplis) sur la toile de renfort.

La photo 12 montre l'aspect fini du coin après séchage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire